Théâtre en breton

Accueil > Les troupes > Paritito > Privezioù Publik

Privezioù Publik

mercredi 1er mars 2017

Privezioù, en langue bretonne, ce sont les espaces privés. Les toilettes publiques sont donc en breton, littéralement, des privés-publics, espaces réservés à l’intime, au tabou et au caché, mais aussi réels espaces de rencontres et de la circulation anonyme, traversés par les failles visibles de la société : les frontières linguistiques, sociales, culturelles, les frontières sexualisées, les peurs du sale et de ce qu’on met dedans. Les odeurs des autres.
Dans ce lieu de confluence du public et des privés, les toilettes publiques d’une galerie marchande, quelque part en Bretagne, des femmes se croisent et se parlent. Accrochez-vous, vous l’verrez pas dans Elle ! Ça vit, ça rit, ça clope, ça danse et ça se laisse pas faire. Ça s’échange des paroles impossibles et ça s’écoute comme ça peut. Ça parle en images et ça peint des silences. Ça se méprise et ça s’aime. Ça vivra jusqu’à demain.
Il y a Marjanik qui technicie vaillamment la surface et apprend la langue de ses grands-parents, Leila la très légère aux multiples conquêtes et à l’humour ravageur, Abigaëlle qui veut croire au sens de son métier jusqu’à ce que… Et puis il y a Libellule, bien sûr. Mais d’où sort-elle et comment fait-elle pour ne vivre qu’entre femmes ? Existe-t-elle vraiment d’ailleurs ? Aime-t-elle les femmes ou juste une ? Raconte-t-elle la vérité ? Et puis, surtout, qui dort dans les toilettes ? Qui pleure derrière la porte ?
Le réalisme magique de la pièce permet de poser fraîchement des questions politiques fondamentales. Que reste-t-il au XXI° siècle des paroles des femmes, entre femmes ? Comment se vivent nos féminismes ? Que reste-t-il à vivre sans ? Comment circule entre femmes la parole sur les violences ? Qu’avons-nous à nous dire qui ne nous fasse mal ? Quelle part prend la langue bretonne dans nos vies privées et publiques ? Qui parle quels mots et dans quelle langue ? Qui peut encore se permettre d’écouter les autres femmes ? Où en sont nos solidarités ?
Autant de questions auxquelles la pièce ne répondra pas du tout, mais résolument, avec enthousiasme, cruauté lucide, cœur et audace.
Parce quoi ? Vous croyez quoi ?
Que ce merdier, là, ça va s’arranger tout seul ?

  • Pièce bilingue unisexe en trois actes par Mélanie Giotto
  • Mise en scène et direction d’actrices : Véronique Hélies et Laors Skavenneg
  • Actrices : Anael Guyomarc’h, Iona Gauchet, Mai Lincoln, Mélanie Giotto, Tifenn Lineatte, Géraldine Le Marrec
  • Création lumière : Sabine Hulin
  • Décors : Emile Gueguen
  • Affiche : Stéphanie Doroche
  • Avec les voix mêlées de :
    Béatrice Bazin, Mona Caroff, Pauline Daniel, Laetitia Fitamant, Sarah Floc’h, Virginie Fromentin, Mélanie Giotto, Véronique Hélies, Céline Hervier, Yeun Lagadeg, Laors Skavenneg, Géraldine Marrec, Marijo Mellouet, Anne-Sophie Le Gall, Solène Le Gal, Catherine Le Dantec, Thierry Le Dantec, Isabel Pineau, Johanna Politi, Héléna Prigent, Anjela Stephan, et Domitille Tap.