Formation "Créer un spectacle de rue"

PRÉALABLE : Si vous êtes intéressé pour vous inscrire à cette formation, il faut être conscient que le spectacle final repose sur un groupe constitué et solidaire donc s’engager à suivre les 5 week-end afin de proposer ce travail collectif dans la rue.

Stage de Création théâtrale
Le choeur de théâtre et l’espace public

Objectif : Réunir et former un groupe de comédiens. Créer une petite forme théâtrale destinée à être jouée dans la rue et basée sur une collecte de textes sur le thème : "J’aime ma langue car…"

Démarche :
Faire remonter une parole, celle de bretonnants, en questionnant le rapport à leur langue.
N’est-ce pas l’essence même du théâtre que de s’inspirer des avis et des ressentis du peuple afin de les redonner, une fois assimilés, sous une forme artistique ?
Une sorte de digestion sociale, à la mode grecque, dans le but de faire entendre cette voix commune dans l’espace public.
Pour cela, Etienne Sibéril, comédien et metteur en scène mènera les stagiaires vers la création de cette forme jouée.

Étienne SIBÉRIL ?
Formé au conservatoire d’art dramatique de Saint-Brieuc, puis diplômé de l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq, il a expérimenté le travail de choeur sous diverses coutures, et s’attelle depuis 3 ans à des projets d’arts de rue où ses mises en scène s’appuient sur une phase de collectage et d’écriture auprès des habitants de différents territoires.

PROGRAMME DU STAGE :
Week-end 1 : La foule et les tribuns
22-23 janvier

  • Objectif : découvrir le « territoire » dans lequel s’inscrit le chœur de théâtre. Puis nous aborderons le travail du chœur à proprement parlé :
    - UUn groupe de personnes qui représente et incarne la cité ou une entité spécifique.
    - Le choeur, un seul organe, qui bouge en même temps et parle d’une même voix.

Week-end 2 : Le chœur de réaction
19-20 février

Il n’y a pas de théâtre sans réaction, ainsi nous allons pendant cette deuxième journée de stage, mettre le chœur que nous aurons formé, en réaction aux éléments que nous trouverons dans les textes collectés.
Puis nous pourrons commencer à jouer avec ces textes et faire parler le corps en même temps que les paroles et expérimenter comment faire résonner la langue ?

Week-end 3 : Le chœur en mouvement
19-20 mars

Une fois le chœur formé, qu’il réagit, nous allons le mettre en mouvement.
Par la découverte de « l’équilibre du plateau » nous chercherons ensemble ses grandes lignes, les bases de l’interaction entre espace scénique et espace public.

Week-end 4 : Mise en scène du chœur
30 avril et 1er mai

Chaque chœur est différent, nous chercherons, en plus de son mouvement dans l’espace, les spécificités de ce chœur. Qui sont ces individus qui le composent et comment peuvent-ils au-delà des mots représenter une partie de la société.
Nous travaillerons également à la diction des textes et à la façon dont ils peuvent sortir de ce chœur en abordant la notion de coryphée.

Week-end 5 : répétition générale et représentation
21-22 mai
C’est l’heure des derniers filages, des dernières précisions et recommandations.
C’est une étape essentielle de l’apprentissage.
C’est le début du chemin de l’acteur et de la parole qu’on aura portée…

Public :
Pas de prérequis sauf celui de comprendre et parler le breton. Être intéressé par le théâtre et ses formes de rue, être motivé par un projet collectif.
Avoir plus de 16 ans.
Pouvoir se rendre disponible pour la formation et pour quelques prestations.

Vous voulez participer à cette aventure ?
Inscrivez-vous en écrivant à C’hoariva
ou en appelant au : 06 38 78 35 15

Heures du stage à préciser.

Lieu du stage :
En centre Bretagne (entre Rostrenen et Carhaix)

Prix de la formation :
150€ les 10 jours de formation (soit 60 heures)
10€ d’adhésion
10€ la nuitée (pour ceux qui resteraient dormir le samedi soir)

Le parcours d’Étienne SIBÉRIL
Le corps humain, comment il bouge, ce qu’ il ressent, comment il s’exprime, comment il habite un espace et comment des espaces l’habitent... C’est son fil rouge !
Au Centre Dramatique Universitaire de Brest, il rencontre Yves Moreau, Valéry Rybakov, Yano Benay, des "transmetteurs" qui provoquent en lui le déclic, et il est soudain fasciné par tous les possibles qu’offrent la création artistique et notamment dramatique.
Pourtant il met entre parenthèses le Théâtre pendant encore quatre ans . Il se forme à la médecine chinoise et l’acupuncture auprès de Philippe Nicolas.
Cet autre passeur de flamme l’ouvre à la dimension énergétique de l’humain. Il lui apporte une vision où physique, émotions, pensées, espaces intérieurs et extérieurs interagissent dans une dynamique continue.
Finalement, toute cette approche du corps et de son expression le ramène au théâtre. Il entre au conservatoire de St Brieuc. Deux ans après il intègre l’ Ecole Internationale de Théâtre Jacques Lecoq à Paris. Son enseignement lui donne les clés pour lier les différentes facettes de son parcours . Il en sort diplômé en Juin 2019.
Aujourd’hui , il met son expérience au service de la mise en scène et de l’accompagnement à la création, en mettant l’accent sur le corps, le mouvement et le rapport à l’ espace !
Il travaille actuellement sur plusieurs projets, en arts de rue, marionnettisme et danse-théâtre pour les compagnie Topos et La brodeuse de nuit .

"Etre liés, à la fois ensemble et avec un espace, parler par la bouche de l’autre dans une voix commune, c’est être à la fois totalement ancré dans la réalité d’un personnage vivant et expérimenter une dimension qui transcende l’humain.
Tout le travail de l’acteur consiste à établir une liaison entre ces deux pôles, apparemment contradictoire, entre lesquels il peut être écartelé."

Jacques Lecoq